JDLE 30 mai 2011 : Incinérateur de Gilly sur Isère, développement de l'éolien off shore, Déchets ultimes dans le Haut Rhin, avion solaire et nucléaire | Ecolodio | podcasts écologie & environnement
JDLE 30 mai 2011 : Incinérateur de Gilly sur Isère, développement de l'éolien off shore, Déchets ultimes dans le Haut Rhin, avion solaire et nucléaire

Novergie Centre-Est, la filiale de Suez-Environnement qui exploitait l’incinérateur de déchets de Gilly sur Isère (Savoie) à l’origine d’une des plus importantes pollutions aux dioxines en France, a été condamné à une amende de 250.000 euros. Le tribunal d’Albertville a par ailleurs condamné l’opérateur à verser 80.000 euros de dommages et intérêts aux associations parties civiles.

Un accord de partenariat pour le développement d’une filière industrielle de l’éolien en mer a été signé par le trio GDF Suez, Vinci et Areva pour répondre à un appel d’offres national portant sur la mise en place de cinq parcs éoliens au large des côtes françaises. Ces trois champs offshore permettraient de couvrir pour une durée moyenne de 30 ans la consommation d’électricité de plusieurs millions d’habitants.

Entre 99 et 2002, 44 000 tonnes de déchets ultimes ont été enfouies à 600 mètres sous terre par la société Stocamine, sous le puits Joseph-Else dans le Haut rhin. En 2003, la société a cessé son activité suite à un grave incendie qui avait produit des fumées toxiques causant des troubles respiratoires et cutanés chez le personnel. Aujourd’hui, presque 10 ans plus tard, le stockage de ces déchets présente un risque de pollution des nappes phréatiques sur une zone alimentant en eau potable 7 millions de personnes.

Un nouveau record de distance vient d’être établi par un avion solaire. Parti de Suisse, le prototype a rallié la Belgique en survolant la France et le Luxembourg sur 630 km en 13 h et à une vitesse moyenne de 50 km/h. Ce poids plume, seulement 1600 kg a une envergure de plus de 60 m. Construit en fibre de carbone l’avion a été entièrement pensé et conçu pour économiser de l’énergie. Les moteurs étant alimentés uniquement par le photovoltaïques.

Berne a officiellement emboîté le pas de Berlin en annonçant l’arrêt et le non remplacement des centrales arrivées en fin d’exploitation. Comme l’Allemagne, après Fukushima, la Confédération helvétique avait instauré un moratoire sur les projets de renouvellement de ses centrales. La Suisse est le troisième pays frontalier de la France après l’Allemagne et l’Italie, à prendre ses distances avec l’atome. Il pourrait bientôt y en avoir un quatrième, l’Espagne, où les adversaires du nucléaire commencent à donner de la voix. En attendant, il est désormais très probable que les cinq réacteurs atomiques suisses cesseront à terme de produire de l’électricité au profit notamment des énergies renouvelables.

Anne-Laurence Mazenq

Anne-Laurence Mazenq

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */