jdle 4 avril : EDF, nucléaire, pollution de l'air à Paris, fermes verticales | Ecolodio | podcasts écologie & environnement
jdle 4 avril : EDF, nucléaire, pollution de l'air à Paris, fermes verticales

EDF aurait demandé à l’Etat d’augmenter le prix de l’électricité de 30% en 5 ans. La raison principale de cette nouvelle hausse est liée à la nécessité d’investir dans le parc nucléaire vieillissant, les chantiers du futur EPR et les centres de stockage de déchets qui coûtent bien plus cher que prévu. Pour calculer le vrai prix du nucléaire, il faut prendre en compte tous ses coûts : recherche et développement, extraction et importation de l’uranium, les déchets, la sécurité, les risques, le démantèlement, l’assurance… Le géant de l’électricité française reconnait donc lui-même que les prix de l’électricité en France sont sous-estimés, ce qui fait s’écrouler le mythe de l’électricité nucléaire pas chère.

Et dans la lignée de ces surcoût liés au nucléaire, le Premier Ministre a confié à l’Autorité de Sureté Nucléaire, la réalisation d’une étude de la sûreté des installations au regard de l’accident en cours à Fukushima au Japon. Cet audit qui portera sur les différents risques vise à déterminer si des améliorations sont nécessaires sur les installations nucléaires françaises. Les premières conclusions sont attendues pour la fin de l’année 2011.

La qualité de l’air quotidienne reste globalement insatisfaisante en Île-de-France pour certains polluants, plus particulièrement au coeur de l’agglomération parisienne et à proximité du trafic. Entre 2 et 3 millions de Franciliens sont potentiellement exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas la réglementation, et qui depuis plusieurs années, se sont stabilisés à ces niveaux insatisfaisants.

Un mot d’agriculture pour finir, celle de demain pourrait bien être verticale. Certains ingénieurs futuristes ont imaginés la possibilité de produire des denrées agricoles en hauteur, à l’intérieur de tours exposés à la lumière solaire. Certains entrepreneurs et maires de grandes villes se montrent déjà intéressés par cette idée de fermes verticales qui permettrait de séquestrer du carbone en ville et de réduire la consommation d’énergies fossiles. Le système hydroponique aurait également l’avantage de diminuer la quantité d’eau utilisée. Le premières expérimentations de ce type de culture devraient voir le jour dans les 10 prochaines années.

Anne-Laurence Mazenq

Anne-Laurence Mazenq

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */