La solidarité écologique selon Raphaël Mathevet | Ecolodio | podcasts écologie & environnement
"Il faut construire un pont qui se situerait entre le contrat social de Jean-Jacques Rousseau et le contrat naturel proposé par le philosophe Michel Serres"...

Raphaël Mathevet est écologue et géographe. Chercheur au CNRS, il travaille sur la conservation de la biodiversité, la gestion concertée des aires protégées et des usages multiples des ressources naturelles.

Dans son livre La solidarité écologique. Ce lien qui nous oblige, Raphaël Mathevet considère que “ce qui nous manque c’est de penser notre coexistence avec le reste de la nature”. Plutôt que de passer en revue les épreuves du temps, ce livre met en lumière une écologie de la réconciliation. Alors comment préparer le futur ?

Avec la justice environnementale comme pilier, la solidarité écologique appelle donc à la responsabilité, le respect des autres, humains et non-humains, dans un nouveau contrat naturel. Plutôt que penser développement, durable ou soutenable, selon Raphaël Mathevet mieux vaut construire un pont qui se situerait quelque part entre le contrat social de Jean-Jacques Rousseau et le “contrat naturel” proposé par le philosophe Michel Serres.

Pour y arriver, il faut déjà appliquer les principes des 3R sur la consommation des ressources : Réduire, Réutiliser, Recycler. Et il faut aller plus loin avec ce nouveau “contrat naturel” pour une régression des injustices sociales et environnementales.

La solidarité écologique, il faut la vivre au quotidien, inciter les collectivités à l’intégrer à l’échelle de leurs territoires. Mais il faut aussi dépasser une difficulté de taille : deux tiers de la population française se concentre dans les villes.

Suite au Grenelle de l’environnement, la solidarité écologique apparaît comme le fondement de la gestion de la biodiversité et l’aménagement des territoires.

“Ne pas se contenter de passer d’un capitalisme agressif à un capitalisme vert”…

Pour Raphael Mathevet, il faut revenir aux fondamentaux : “Créer de la richesse sans détruire le vivant. De la richesse qui ne relève pas forcément du matériel mais plutôt des émotions ou encore de l’esthétique”.

Retrouvez cette chronique sur www.frequence.com

Audrey Plat

Audrey Plat

Audrey Plat est directrice des programmes de Fréquence Terre, rédactrice de la chronique Vues de la Terre.
Audrey est journaliste et a travaillé comme reporter, animatrice-réalisatrice puis productrice au service de plusieurs radios en Europe et au Canada.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */