Urgence au Cambodge : expropriation ! | Ecolodio | podcasts écologie & environnement
La FIDH dénonce les impacts d'une filiale du groupe Bolloré sur la communauté des Bonong, dans une région isolée du nord est du Cambodge... Un exemple des conflits fonciers !!!

Au Cambodge, les plantations industrielles d’hévéa, de cannes à sucre, et autres projets immobiliers ou miniers se développent à vitesse grand V, dopées par l’octroi de baux extrêmement avantageux pour les entreprises. Et beaucoup moins pour les populations locales. Aujourd’hui par exemple, 54,77 % des terres arables du pays se sont ainsi transformées en « concessions foncières à vocation économique », soit des baux de longue durée -jusqu’à 99 ans- attribuées à industries agroalimentaires étrangères (principalement asiatiques) ou à des Cambodgiens proches du pouvoir. Et le rythme s’accélère : depuis avril 2010, 85 concessions de ce type ont été accordées dans 16 provinces du pays, selon le ministère de l’agriculture. Or, « il s’agit de contrats opaques qui donnent souvent lieu à corruption (1) », dénonce Geneviève Paul, chargée de mission pour la Fédération internationale des droits de l’homme. Mais aussi à de nombreux conflits fonciers, notamment avec les communautés autochtones dont les droits sont régulièrement bafoués par l’Etat alors même que des lois sont censées les protéger. D’ailleurs, grâce à une loi de 2009, le gouvernement lui-même ne se prive pas de réquisitionner des terres privées pour des projets publics…

Gilles Soulhac

Gilles Soulhac

Gilles Soulhac est avant tout un passionné de la nature. Journaliste à Genève en Suisse, il est aussi membre des journalistes des nations unies. Sa situation géographique (ONU, OMS, CNUCED...) lui permet la rencontre avec des personnalités du monde de l'écologie, des scientifiques, décideurs et grandes ONG environnementales. Pour sa part, aujourd'hui dans les différents débats environnementaux, l'enjeu reste la transparence.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */