Le Destin d’Alice de Patrice Pelissier (Presses de la Cité) | Ecolodio | podcasts écologie & environnement

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.

La revêche Henriette Dénièvre, veuve, mère de jumeaux, Alexandre et André, avait décidé que ce serait le premier cité qui dirigerait le domaine viticole familial, assez réputé en 1936. Tout était réglé, futur mariage du prochain maître des lieux y compris. C’était sans compter qu’Alexandre était amoureux d’Alice, modeste couturière rejetée par la marâtre, lui faisant la promesse : « Nous laisserons derrière nous tous ceux qui pensent que nous ne devons pas nous aimer. »

Dix ans plus tard, Henriette Dénièvre suivait un corbillard en compagnie de son fils André et de son petit-fils Pierre-Alexandre, âgé de 10 ans. Elle fit comprendre à ce dernier qu’on ne se lamentait pas chez les Dénièvre. La réponse fusa : « Pourquoi voulez-vous que je pleure, grand-mère ? Elle ne m’aimait pas. » Elle, c’était sa mère, Joséphine. Un peu en retrait dans le cortège funèbre, Joseph, l’ancien amoureux éconduit qui avait fui la région. Il vit aussi les deux cadavres d’oiseaux, têtes tranchées et ailes arrachées, déposés près de la fosse. S’il était vrai que la famille Dénièvre n’était guère appréciée, pourquoi, donc, ce sacrilège ? Quel rapport entre Alice, Joséphine et Henriette, celle qui avait « le vrai visage de la haine, pure et brute », entre Alexandre, André, Joseph, Pierre-Alexandre et d’autres personnages (un maître de chais, une cuisinière, une gouvernante, un médecin, une handicapée, tante Lucienne, « la pire des garces »…), que Patrice Pelissier, l’auteur du remarquable « Destin d’Alice » paru aux Presses de la Cité, met en scène de manière magistrale et palpitante ?

Un exemple parmi dix. Au cimetière, Joseph apprit qu’il y avait une autre tombe Dénièvre à l’écart du mausolée familial. Il n’y avait personne dans le cercueil, paraît-il… Outre une trame romanesque digne des sagas les plus appréciées de ce lectorat spécifique, le livre de Patrice Pelissier a, en plus, cette particularité de développer un suspense à rebondissements égal aux meilleurs polars.

Pierre Guelff

Pierre Guelff

Pierre GUELFF est journaliste, auteur et chroniqueur radio et presse écrite. À travers ses ouvrages, ses émissions et ses chroniques, il défend avec passion la Nature, les notions de terroir, de tradition, de solidarité et de fraternité universelle… À « Fréquence Terre-Écolodio », il anime “Littérature sans Frontières”, "Nature sans Frontières" et "La Nuit porte conseil". Sur son site officiel retrouvez toutes ses émissions radio et tv (RTBF, VivaCité, TV5 Monde), ses ouvrages, sa biographie :
https://litteraturesansfrontieres.wordpress.com/ | http://www.pierreguelff.info

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */