Un chalutier hybride à la mer : pourquoi un seul ? | Ecolodio | podcasts écologie & environnement

Il y a des informations qui laissent dubitatif.

C’est toujours une bonne surprise de voir des progrès effectués dans le sens d’un meilleur respect de l’environnement et d’une attitude qui promeut  le développement dit durable.

C’est aisni que j’ai pu lire cette nouvelle de l’exploitation d’un chalutier hybride depuis avril 2013 , équipé d’un moteur électrique. L’objectif de son promoteur, l’association « France Pêche Durable et Responsable : proposer un nouveau concept de navire innovant, économe et durable.

On applaudit des 2 mains. D’autant qu’il s’agit d’un chalutier datant de 2005,  remodelé pendant 4 mois pour accueillir un moteur électrique alimenté par du gasoil et dés Mars 2014 en gaz naturel, pour utiliser l’hydrogène comme carburant unique.

On compte ainsi réduite de 80% les émissions de CO,2 et de 40 % les coûts de carburant . Actuellement il semble que les 20% soient déjà atteints.

 

Si on ajoute, comme prévu,  de  nouvelles techniques de pêche à bord, moins gourmande en énergie en utilisant des nasses à poissons comme dans les pays nordiques ce qui évite de déplacer le navire, donc de consommer plus d’énergie pendant la pêche, le résultat ne pourra être que meilleur.

Mais cet article conclut par la nécessité, je cite :  « de convaincre de la réalisabilité de cette solution à d’autres navires français. Réponse dans un an, à l’issue de l’expérimentation ». Fin de citation.

Ma réaction est la suivante : comment peut-on être si peu ambitieux en France ? Serait on victime du syndrome : pas de pétrole mais on a des idées, sans que celles-ci ne se concrétise à une échelle qui permettent de faire une différence.

 

C’est maintenant qu’il faut modifier les chalutiers, quitte à les  faire évoluer dans le temps , il est plus que temps de modifier les techniques de pêche d’avoir des bilans carbone  meilleurs, et surtout d’anticiper la hausse des coûts d’énergie qui  à terme étrangleront la pêche, si ce n’est la disparition des poissons .

A quand une prime immédiate à la casse des bateaux pollueurs et destructeurs,? Et qu’attend pour  un bonus, une aide ferme et conséquente pour les bateaux se reconvertissant pour une flotte de pêche  plus efficiente que ce soit en matière d’ économie ou d’environnement. ?

Qu’attend on pour aller de l’avant ? A l’heure où on dépende  des sommes équivalentes à la construction de navires plus puissants ? Pourquoi  cet argent , cher contribuable, n’est-il pas mieux utilisé ? y-a-til encore un pilote dans l’avion ? ou plutôt un capitaine à la barre,  au milieu des  courants politiques des lobbies…. ?   Il est pourtant temps d’accélérer  le mouvement.

Daniel Krupka

Daniel Krupka

Daniel KRUPKA, Plongeur, membre de differentes ONG oeuvrant pour la préservation et la protection des Océans, écovolontaire, il vous fait partager les enjeux et les menaces qui pèsent sur les océans, mais aussi les solutions individuelles ou collectives pour leur préservation au travers d’enquêtes et de rencontres insolites.

Voir tous les articles

commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */