Le loup dans la bergerie | Ecolodio | podcasts écologie & environnement
loupdansbergerie
http://reneeallard.com

Comme tout predateurs qui se respecte, le loup chasse. Parmi ces proies on retrouve la brebis trop facile à chasser entrainant de veritable carnage au sein du troupeau. Pour éviter cela plusieurs solutions sont envisagés: le berger doit veiller la nuit pour protéger les brebis ou bien simplement les enfermer dans des grandes bergeries ou elles ne sortent plus. On peut aussi arriver à la solution extrême d’arrêter l’elevage de brebis et acheter de la viande de mouton provenant de Nouvelle Zelande .

Pascal Percevault

Pascal Percevault

Responsable de la rubrique Agriculture Biologique de Fréquence Terre.

Voir tous les articles

commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Trudaine, intendant d’Auvergne, écrivait en 1730 au contrôleur général Orry à Versailles : « cette province est affligée d’une calamité à laquelle je crois qu’il est indispensable de remédier. Les loups font des ravages épouvantables. Non seulement ils s’attaquent aux brebis et aux vaches mais aussi aux hommes et l’on a vu dans une seule semaine jusqu’à trois personnes d’un seul village mangées par les loups. La perte des bestiaux a été aussi considérable en plusieurs endroits et surtout dans les montagnes ».

    Colbert, en 1670, déplorait que « les moutons d’Angleterre couchent à l’air dans les prairies à cause qu’il n’y a pas de loups…nous ne pouvons pas faire la même chose ». Le loup s’attaquait au bétail mais surtout aux jeunes bergers, à tous ces enfants qui gardaient chèvres et moutons dans les herbages des montagnes.

    Au Royaume-Uni le roi Edouard Ier (1272-1307) commandé l’extermination totale du loup, le loup étant éradiquée du Royaume-Uni sous le règne de Henry VII (1485-1509) et il ont échoué toutes les tentatives visant à réintroduire le loup au Royaume-Uni.

    La plus ancienne organisation de France est la louveterie crée par Charlemagne en 813 pour éradiquer le loup. M. Lainé, le ministre de l’intérieur en 1818 dans sa circulaire du 9 juillet 1818 , recommande tout particulièrement l’emploi du poison contre les bêtes malfaisantes.
    Le loup n’a pas été éradiquée de la France par la chasse ni les battues il a été éradiquée par le poison. Le poison a obtenu rapidement ce qu’un millier d’années de chasse n’avait pas obtenu

  • Il est plus que jamais nécessaire que tous les fonctionnaires, tous les bergers et si possible tous les français lisent la circulaire du 9 juillet 1818, du ministre de l’intérieur français M. Lainé

    http://books.google.fr/books?id=tilFAAAAcAAJ&pg=PA39&lpg=PA39&dq=circulaire+du+9+juillet+1818&source=bl&ots=eGjf1oA2EZ&sig=JQMEiMzkEUBHUxRWyNMRT1D2tuo&hl=fr&sa=X&ei=cTcMVLG1G8XbaqXLgaAB&ved=0CDIQ6AEwBQ#v=onepage&q=circulaire%20du%209%20juillet%201818&f=true

  • Une autre solution moins simple mais surtout généralisable à d’autres aspects de la protection de la biodiversité et de l’environnement, mais au bout du compte de l’homme, c’est que nous adaptions nos activités économiques aux exigences du respect de ces mêmes principes de sauvegarde. Nous irions moins vite (vers le gouffre !) mais nous avancerions plus surement en vivant harmonieusement et pas en luttant contre notre environnement. Ce que nous souhaitons voir faire chez les autres particulièrement en Afrique pour la protection des derniers éléphants, lions, tigres en Asie, montrons l’exemple, appliquons le chez nous, pays riche, cinquième puissance du monde au PIB parait-il?

  • Le loup tue les troupeaux avec des chiens patous, ou sans des chiens patous, avec des écuries ou sans écuries. Voir les vidéos:
    http://www.youtube.com/watch?v=jzIFFAaY7wE
    http://www.youtube.com/watch?v=MSIBrBs56wg

    Les ours et les loups ont été éradiqués en Francele siècle dernier. Introduire des ours ou des loups dans une zone peuplée est un acte criminel, c’est une atteinte à la population, c’est guerre biologique, c’est du terrorisme.
    L’ours et le loup exterminent le bétail, et ne pas contents de tuer et exterminer notre faune, l’ours attaque les ruches pour que les abeilles ne peuvent pas féconder les plantes et exterminer notre flore.
    Les dommages causés par le loup et l’ours ainsi que son éradication, doit être paye par ceux qui les ont introduit. Ils ont introduit des ours slovènes et des loups italiens. En plus d’aborder sa responsabilitéfinanciere, devraient être tenus de responsabilité pénale, comme tout terroriste.
    Il est temps que ceux qui ont introduit l’ours et le loup en France, paient leur crime. Toute forme de terrorisme est dégoûtant, mais si c’est le terrorisme d’Etat, beaucoup plus.
    Les armes biologiques sont utilisés pour causer des dommages aux personnes et à nuire aux animaux et la nourriture que nous mangeons tous les jours, leur but est de tuerle ennemi.
    L’AGRO-TERRORISME, est une forme de bioterrorisme qui concentre ses attaques sur le bétail et la production agricole
    L’ONU, dans sa résolution 1373 (2001), déclare explicitement que tous les actes de terrorisme constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales et que les actes, méthodes et pratiques du terrorisme sont contraires aux buts et aux principes des Nations Unies. La résolution requis de tous les États à criminaliser les actes de terrorisme, et de punir le soutien ou la préparation d’actes terroristes, criminaliser le financement du terrorisme, dépolitiser le crime terroriste, geler les fonds personnes qui commettent, ou tentent de commettre des actes terroristes, et renforcer la coopération internationale en matière pénale
    Tue la balle, mais le meurtrier est celui qui la tire, de la même manière, tuent l’ours et le loup, mais les meurtriers sont ceux qui sont introduit, ceux qui les défendentet ceux qui financent l’introduction.

  • Il y a une solution beaucoup plus simple, déjà adoptée par la moitié des français : ne plus manger de viande ovine, quelle que soit l’origine géographique.
    Pour les autres, l’agneau néo-zélandais représente bon an mal an 10 à 15 % de la consommation de viande ovine française. Laquelle a diminué de moitié/personne en 20 ans. Une bonne nouvelle pour l’environnement.

/* ]]> */