Ocean austral et Antarctique : en danger aussi ? | Ecolodio | podcasts écologie & environnement

Les eaux de l’océan Austral autour de l’Antarctique abritent des écosystèmes exceptionnels en bonne partie préservés des activités humaines mais désormais menacés par le développement de la pêche et la navigation. L’antarctique et l’Océan austral sont est les derniers écosystèmes à peu près inviolés de la planète. Ils ont un statut unique, grâce au  traité de l’Antarctique, signé en 1959 par douze pays et renouvelé en 1991 pour 50 ans par 45 pays.

Ce statut  permet de destiner ce territoire  à la science, aux actions pacifiques, à la préservation des ressources naturelles et à la protection de la biodiversité.

Pourtant début Novembre c’est un échec cuisant en matière de gestion des ressources marines de l’antarctique  qui a conclu la réunion des membres de la Convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique, créée en 1982 . L’ensemble des 24 états et l’union européenne ont rendu feuille blanche. Et c’est la 3ème fois depuis 2012 !

Deux projets de sanctuaires ont été mis sur la table aux fins de créer une vaste réserve marine couvrant l’équivalent du territoire indien, potentiellement la plus étendue au monde, peuplée de cétacés, mammifères marins et manchots –pas moins de 16.000 espèces.

Les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande proposaient de sanctuariser une aire de 1,25 million de km2 en mer de Ross, une immense baie, côté Pacifique, sous juridiction néo-zélandaise.

La France, l’Australie et l’Allemagne recommandaient de leur côté la création de sept aires marines protégées (AMP) côté océan indien, sur une étendue de 1,6 million de km2.

Mais la Russie et la Chine s’y sont opposées, repoussant à l’automne 2014 –sauf réunion exceptionnelle– de nouvelles consultations puisque cette  convention se réunit une fois par an et que toute décision en son sein est adoptée par consensus.

Victime de bagarres diplomatiques, les zones essentielles de l’océan Austral sont aussi des zones de pêche que des pays comme la Russie ou la Chine  refusent de céder sous des prétextes juridiques. Malgré le rétrécissement des aires marines à sanctuariser, rien n’y fait, en dépit des fondements scientifiques incontestables. Et c’est de mauvais augure pour la préservation du continent Antarctique et de ses eaux.

Encore une fois, une fois de plus,  on constate l’impact des intérêts économiques et politiques  de court terme dans la protection des océans pour le bien des générations futures”.

Au-delà même de cette discorde,  c’est l’ensemble de la direction prise par l’humanité qui est en jeu.

SI le dernier continent inviolé, car difficile d’accès, dernier bastion de la vie sauvage, inhospitalière, est lui aussi soumis aux intérêts financiers, comment peut-on espérer que tout lieu, toute ressource, tout écosystème ne soit pas l’objet de la prédation de l’homme.

C’est un bien pessimiste message qui a été délivré dans cette affaire. Et une brèche dans la volonté historique de garder cette zone intacte…

Dans l’indifférence et le silence général.

Et si on en parlait pour s’en emparer ? le traité sur l’antarctique sera caduc en 2041.

Daniel Krupka

Daniel Krupka

Daniel KRUPKA, Plongeur, membre de differentes ONG oeuvrant pour la préservation et la protection des Océans, écovolontaire, il vous fait partager les enjeux et les menaces qui pèsent sur les océans, mais aussi les solutions individuelles ou collectives pour leur préservation au travers d’enquêtes et de rencontres insolites.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */