Accueil » Derniers articles » Sur les pas et dans les pages de Victor Hugo (11) : « Ça intéresse peut-être les Français, pas les Hollandais ! »

« Littérature sans Frontières » est une chronique de Pierre Guelff.PGF avril 2015 - Copie (3) copie

Nouvelle étape dans la série « Sur les pas et dans les pages de Victor Hugo » avec un voyage aux Pays-Bas.

Juste après le mariage de son fils Charles, Victor Hugo fit un tour en Zélande (Province des Pays-Bas), qu’il décrivit avec « grâce et plaisir ». Charles Hugo retraça ce voyage sous le titre « Victor Hugo en Zélande ». Le poète était enchanté de ce qu’il voyait et avait été spécialement frappé par les lignes claires des villes. À chaque étape, entre Anvers et Middelburg (chef-lieu de la Zélande), il trouvait un accueil chaleureux et chacun sollicitait l’honneur de recevoir un tel hôte renommé.

DSC00378
Photo dédicacée par Victor Hugo (à droite) et Pierre Guelff quelque quinze décennies plus tard au même endroit.

charles_hugo_victor_hugo_en_zelande_paris_michel_levy_1868_d5543861hL’écrivain dédicaça une photo de l’hôtel de ville de Middelburg, le plus bel édifice de la ville, dit-on. Son beffroi et sa façade principale sont de véritables dentelles de pierre. Une excellente occasion pour aller admirer ce joyau (parmi d’autres), et, je fus très surpris que rien, absolument rien, ne rappelle le séjour de Victor Hugo dans cette belle cité. Réponse de la directrice du Tourisme local face à mon étonnement : « Ça intéresse peut-être les Français, pas les Hollandais ! » Voici comment on écrit l’Histoire…

Ceci dit, Middelburg est bien une splendide cité qui regorge de témoignages du passé : l’hôtel de ville (XVIe siècle), donc, avec son beffroi, son cadran solaire, ses statues finement sculptées…, l’abbaye (fondée au XIIe siècle) avec ses deux églises, ses gisants et pierres tombales, sa salle capitulaire (transformée en étable avant de devenir bibliothèque), son cloître, son jardin médiéval… et, au pied de la mairie, « Les chaises qui font pipi » !

 

 

 

 

DSC00386À savoir, un astucieux dispositif qui demande au passant ou au touriste de se s’asseoir sur une chaise et puis de se pencher pour voir de près les égouts moyenâgeux à travers une ouverture réalisée dans une sorte de borne. Lorsque la personne s’assied, un jet d’eau s’écoule du siège. C’était, en effet, en s’accroupissant en pleine rue ou sur la place que les gens du Moyen Âge faisaient leurs besoins !

 DSC00390DSC00423DSC00417

 

 

 

 

 

 

 

 

Part-Editions

Pierre Guelff

Pierre Guelff

Pierre GUELFF est journaliste, auteur et chroniqueur radio et presse écrite. À travers ses ouvrages, ses émissions et ses chroniques, il défend avec passion la Nature, les notions de terroir, de tradition, de solidarité et de fraternité universelle… À « Fréquence Terre-Écolodio », il anime “Littérature sans Frontières”, "Nature sans Frontières" et "La Nuit porte conseil". Sur son site officiel retrouvez toutes ses émissions radio et tv (RTBF, VivaCité, TV5 Monde), ses ouvrages, sa biographie.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Notre chaîne Youtube