A quand les transports en commun gratuit à Paris ? | Ecolodio | podcasts écologie & environnement

Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, revient à la charge. Elle va prochainement lancer une étude pour calculer à nouveau le coût du transport gratuit dans sa ville.

Elles sont une vingtaine de villes en France à avoir adopté les transports communs gratuits. C’est le cas de Niort, dans les Deux-Sèvres, qui est un peu la référence en la matière, ou encore de Compiègne, dans l’Oise. L’idée d’instaurer les transports gratuits dans les villes ne date pas d’hier, mais des années 1970. Elle a déjà fait son chemin dans la capitale. Un chemin raccourci par le refus de la région d’y adhérer, celle-ci y opposant un coup trop élevé. Il se situerait autour des trois milliards et demi d’euros par an.

Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, revient à la charge. Elle va prochainement lancer une étude pour calculer à nouveau le coût du transport gratuit dans sa ville. « Trois adjoints vont étudier la question auprès d’experts français et étrangers », indique-t-on du côté de la mairie de Paris. Ce qui interpelle, c’est le modèle économique. Il faut qu’il soit rentable. « Ce n’est pas gagné », reconnaît l’édile. Quand les usagers ne paient plus, il faut trouver d’autres sources de financement. Il faut noter que ce sont généralement les villes et les entreprises locales qui subventionnent les transports publics, car les billetteries sont globalement déficitaires. Pour les autres détracteurs, les associations d’usagers en tête, ce qui est avancé, c’est « le risque de dégradation des infrastructures du fait du manque de respect des passagers ; la hausse de fréquentation ; et le manque d’investissement des fournisseurs de services à cause de l’absence de recette ». Ils sont de plus persuadés que « d’offrir les transports publics gratuits dans les villes n’est pas la solution pour en diminuer la circulation automobile ».

Sébastien Chauveau

Sébastien Chauveau

Journaliste, producteur, réalisateur

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

/* ]]> */