Quelle place pour le vélo dans les villes de France ? | Ecolodio | podcasts écologie & environnement

Nous sommes en pleine période de fête au vélo. Voyons comment ces deux roues sont perçus dans nos villes aujourd’hui.

La fin de l’année scolaire coïncide avec les fêtes aux vélos en France. Les quatre prochaines chroniques vont être consacrées à la place de la petite reine dans nos villes. Commençons tout de suite avec Olivier Schneider, président de la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette).

Qu’ils soient élus, médecins, associations… tous ont compris l’intérêt qu’il y a à mener une politique d’intégration du vélo dans la ville. C’est autant bénéfique pour les finances publiques que pour la santé des habitants et gens de passage, pour l’économie que pour la vie associative. Reste qu’il faut souvent prendre du temps pour mettre en œuvre les décisions. En clair, il y a quelquefois une différence entre les grandes déclarations et les façons de faire sur le terrain.

Partager l’espace public

Plus qu’une affaire de budget, la mise en place du vélo passe dans la ville par de l’explication. Il ne faut pas opposer les modes de déplacements, mais les juxtaposer. Il faut partager l’espace public. Il faut informer les occupants des villes de l’utilité à insérer le vélo dans leur espace de vie.

Le vrai problème de la place de la bicyclette dans la cité n’est pas de faire cohabiter les deux et quatre roues sur les mêmes chaussées. C’est de stocker les engins. La crainte de se faire voler son vélo est l’un des plus gros freins au déploiement du vélo dans la ville.

Il y a évidemment les bons et les mauvais élèves. Certaines agglomérations jouent le jeu et respectent les règles. D’autres un peu moins.

Sébastien Chauveau

Sébastien Chauveau

Journaliste, producteur, réalisateur

Voir tous les articles

commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Il est vrai que l’intégration des infrastructures pour vélo dans les villes offrent différents avantages. J’adhère totalement à cette démarche, mais beaucoup d’automobilistes sont encore retissants. On en voit de parfaits exemples ici à Grenoble.

/* ]]> */