15 novembre 2018

Beaucoup d’aménagements ont été faits pour les cyclistes à Nantes. Pourtant, la part du vélo dans les déplacements urbains n’est pas à la hauteur desespoirs.

Nantes fait partie de ces villes où le vélo a sa place. Ce n’est pas pour rien que la cité des Ducs a reçu le congrès Velo-city en 2015, et celui de la FUB (Fédération française des usagers de la bicyclette) en avril dernier. Malgré les efforts qui sont opérés par la collectivité, le vélo n’est pas culturel à Nantes. Nous voyons pourquoi avec Annie-Claude Thiolat, présidente de l’association nantaise Place au vélo.

C’est une épineuse question : pourquoi le vélo ne décolle-t-il pas dans la cité des Ducs ? Alors qu’il y a tout ce qu’il faut ou presque pour bien faire. L’aménagement cyclable est là. La volonté des instances d’en faire toujours plus pour intégrer le vélo dans la ville aussi.

En réalité, « tout n’est pas parfait », reconnaît Annie-Claude Thiolat. Comme dans d’autres villes de notre pays, le vélo manque de lisibilité à Nantes ; il y a trop de ruptures ; les installations ne sont pas toujours judicieuses… « Tout cela n’encourage pas à la pratique », pense la présidente. A dire vrai, faire du vélo dans les rues nantaises est comme dans beaucoup d’endroits en France, encore dangereux. C’est un paradoxe, quand on sait que nous sommes l’un des premiers pays d’Europe en terme de vente de vélos, mais l’un des moins bons élèves en matière de pratique cycliste citadine.

Sébastien Chauveau

Sébastien Chauveau

Journaliste, producteur, réalisateur

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre chaîne Youtube

/* ]]> */