15 novembre 2018

Il est temps de se pencher sur une mobilité durable, efficace et non polluante.

Il est temps de se pencher sur une mobilité durable, efficace et non polluante. Le transport représente 25 % des rejets mondiaux de gaz. Il consomme 30 % de l’énergie et absorbe deux tiers des produits pétroliers. Ces constats pourraient s’aggraver dans les prochaines années.

Pour y parvenir, il va falloir réduire la consommation d’énergie dans les transports, routiers comme ferroviaires et aériens. Il va aussi falloir développer de nouvelles infrastructures de transport et de transite. Il va également falloir penser à concilier mobilité et lutte contre le changement climatique. Et il va surtout falloir apporter des solutions techniques pour remédier à ce phénomène planétaire : qu’est le réchauffement climatique.

Limites techniques et financières

L’avenir devrait ainsi appartenir aux transports complémentaires, intelligents et écologiques. Des avancées ont déjà eu lieu dans différents domaines du transport. On peut imaginer que l’on puisse prochainement aller plus loin.

Ce qui pose problème au développement des solutions de mobilité accessible et innovante, ce sont : les limites techniques d’abord, et financières ensuite. Reste peut-être à cibler les priorités, et à faire cohabiter les acteurs publics et privés pour une meilleure efficacité.

Sébastien Chauveau

Sébastien Chauveau

Journaliste, producteur, réalisateur

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre chaîne Youtube

/* ]]> */