19 octobre 2018

2Les chroniques « Ardennes françaises mystérieuses, sacrées et insolites » sont inspirées de l’ouvrage et d’émissions de Pierre Guelff aux Éditions Jourdan, à la RTBF et TV5 Monde « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées ». Musique du générique : « Le Réveil ardennais. »(youtube)

Après avoir connu un certain essor grâce à l’agriculture et à une fonderie (XIXe siècle), succédant pour cette dernière à des forges établies par les Gaulois et des moines, Vendresse est devenu un « lieu résidentiel » qui offre aux visiteurs un domaine aquatique avec des poissons d’eau douce, des jeux d’eau, un arboretum (l’allée de pins Douglas est splendide) que l’on accède par le Chemin « Bois de la Vierge », alors qu’au-dessus du portail latéral, l’église porte une surprenante phrase tirée d’un décret de Robespierre, porte-drapeau de la Révolution : « Le peuple français reconnait l’existence de l’Être Suprême et l’immortalité de l’âme. » (Article 1er du décret du 18 floréal).

Pourquoi ce culte à l’Être Suprême ? « L’idée de l’Être Suprême est un rappel continuel à la justice, elle est donc sociale et républicaine. »

Robespierre fut alors catalogué de « calotinisme ».

Et puis, il y a « La Cassine », vestiges d’un somptueux bâtiment de dizaines et de dizaines de pièces, que jouxtent un jardin à l’italienne et un petit couvent. Aujourd’hui, l’endroit a été choisi pour présenter des spectacles de son et lumière, un festival de musique…, alors que « La Cassine met le couvert» est une association organisatrice d’un marché paysan festif.

 

Vendresse1

Festival de La Cassine.

 

Vendresse compte quelque 500 habitants. Y raconte-t-on encore les deux anecdotes que j’ai dénichées dans l’ancien « Guide de la France mystérieuse » ?

 

La première : « Sillonnant les Ardennes, la reine de Hongrie s’était embourbée à quelque vingt-cinq kilomètres de Mézières, plus précisément à Vendresse. Elle maudit cet endroit et, depuis cet instant, la trace du « Chemin de la reine de Hongrie » se perdit dans les terres… »

 

La deuxième : « Le 4 avril 1640, dans une sorte de « ressenti profond », le maître d’école inscrivit dans un document officiel qu’il y avait eu un grand tremblement de terre. Renseignement pris, un grand mugissement se fit entendre dans les ports de Hollande, des bateaux tanguèrent, des vitres se brisèrent à Amsterdam alors qu’aucun vent ne s’était levé ! »

tout-ce-qui-parle-728x90

 

Pierre Guelff

Pierre Guelff

Pierre GUELFF est journaliste, auteur et chroniqueur radio et presse écrite. À travers ses ouvrages, ses émissions et ses chroniques, il défend avec passion la Nature, les notions de terroir, de tradition, de solidarité et de fraternité universelle… À « Fréquence Terre-Écolodio », il anime “Littérature sans Frontières”, "Nature sans Frontières" et "La Nuit porte conseil". Sur son site officiel retrouvez toutes ses émissions radio et tv (RTBF, VivaCité, TV5 Monde), ses ouvrages, sa biographie.

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre chaîne Youtube