19 octobre 2018

Qu’ils soient gyro roue, gyropode, trottinette électrique ou overboard, ces engins un peu futuristes font une entrée remarquée dans les centres-villes.

On les voit fleurir sur les trottoirs. Qu’ils soient gyro roue, gyropode, trottinette électrique ou overboard, ces engins un peu futuristes font une entrée remarquée dans les centres-villes. On appelle cette nouvelle manière de se déplacer : la micromobilité électrique. Elle consiste à se faufiler comme les piétons, debout sur la chaussée. C’est un moyen de transport qui est en plein essor. Il est à la fois pratique et économique. Il est en plus bon pour l’environnement, puisqu’il rejette séro déchet dans l’atmosphère.

Mi-véhicule, mi-piéton, ces modes de déplacements nouvelle génération répondent à plusieurs noms : véhicules légers électriques unipersonnels, ou nouveaux véhicules électriques individuels. Près d’un million et demi de personnes enfourchent ces engins dans notre pays. Ils sont motivés par aller vite et facilement d’un point à un autre ; ils veulent se départir de la voiture, qui n’est plus le meilleur ami de la mobilité urbaine ; ils ne se retrouvent pas dans l’offre de transports en commun. C’est dans un souci de liberté que l’on croise de plus en plus ces piétons du futur, mais aussi de praticité : non seulement les microvéhicules sont faciles à transporter, mais ils exonèrent aussi leurs utilisateurs des recherches et frais de parkings.

Sébastien Chauveau

Sébastien Chauveau

Journaliste, producteur, réalisateur

Voir tous les articles

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre chaîne Youtube